La compagnie TEYAG présente :


CES CANAILLES DE LA BUTTE AUX CAILLES

LECTURE DE POEMES DE JEAN DEBRUYNNE ET CHANTS


PORTES OUVERTES DES LEZARTS DE LA BIEVRE - association d'artistes

Représentations 2021 :


Samedi 12 Juin à 15H, Place de la Commune 75013 Paris


Samedi 12 Juin à 17H, Place de la Commune 75013 Paris

loader

CES CANAILLES DE LA BUTTE AUX CAILLES

LECTURE DE POEMES DE JEAN DEBRUYNNE ET CHANTS

A l'occasion des portes ouvertes de l'association d'artistes Les Lézarts de la Bièvre, lecture de poèmes de Jean Debruynne « Ces Canailles de la Butte aux Cailles » avec la participation du public pour chanter des chansons sur Paris.


Paroles des Chansons :

Le Gamin de Paris

Il est 5H Paris s'éveille

Le Petit Cordonnier

Papa Pique Et Maman Coud

Elle vendait des petits gâteaux

Le Temps Des Cerises

Ma Liberté

La Romance De Paris

Sous Le Ciel De Paris

Le Gamin de Paris


Francis Lemarque

Un gamin d'Paris, c'est tout un poème

Dans aucun pays, il n'y a le même

Car c’est un titi, petit gars dégourdi que l'on aime


Un gamin de Paris, c'est le doux mélange

D'un ciel affranchi du diable et d'un ange

Et son oeil hardi s'attendri devant une orange


Pas plus haut que trois pommes

Il lance un défi à l'aimable bonhomme

Qui lui disait mon petit


Un gamin de Paris, c'est une cocarde

Bouton qui fleurit dans un pot d'moutarde

Il est tout l'esprit, l'esprit de Paris qui musarde


Pantalon trop long pour lui

Toujours les mains dans les poches

On le voit qui déguerpit

Aussitôt qu'il voit un képi


Un gamin de Paris, c'est tout un poème

Dans aucun pays, il n'y a le même

Car c'est un titi, petit gars dégourdi que l'on aime

Il est héritier, lors de sa naissance

De tout un passé lourd de conséquences

Et ça il le sait, bien qu'il ignore l'histoire de France


Sachant que sur les places, pour un idéal,

Des p'tits gars pleins d'audace,

A leur façon, fir'nt un bal.


Un gamin d'Paris rempli d'insouciance

Gouailleur et ravi de la vie qui danse

S'il faut, peut aussi

Comm' gavroch' entrer dans la dan-an-se.



Un gamin d'Paris m'a dit à l'oreille

Si je pars d'ici sachez que la veille

J'aurais réussi à mettre Paris en boutei-eil-le.

Il est 5H Paris s'éveille


Jacques Dutronc

Je suis le dauphin de la place Dauphine

Et la place Blanche a mauvaise mine

Les camions sont pleins de lait

Les balayeurs sont pleins de balais

Il est cinq heures

Paris s'éveille

Paris s'éveille


Les travestis vont se raser

Les stripteaseuses sont rhabillées

Les traversins sont écrasés

Les amoureux sont fatigués

Il est cinq heures

Paris s'éveille

Paris s'éveille


Le café est dans les tasses

Les cafés nettoient leurs glaces

Et sur le boulevard Montparnasse

La gare n'est plus qu'une carcasse

Il est cinq heures

Paris s'éveille

Paris s'éveille


Les banlieusards sont dans les gares

A la Villette on tranche le lard

Paris by night, regagne les cars

Les boulangers font des bâtards

Il est cinq heures

Paris s'éveille

Paris s'éveille


La tour Eiffel a froid aux pieds

L'Arc de Triomphe est ranimé

Et l'Obélisque est bien dressé

Entre la nuit et la journée

Il est cinq heures

Paris s'éveille

Paris s'éveille


Les journaux sont imprimés

Les ouvriers sont déprimés

Les gens se lèvent, ils sont brimés

C'est l'heure où je vais me coucher

Il est cinq heures

Paris se lève

Il est cinq heures

Je n'ai pas sommeil

Le Petit Cordonnier


Francis Lemarque

Un petit cordonnier qui voulait aller danser

Avait fabriqué de petits souliers

Une belle est entrée qui voulait les acheter

Mais le cordonnier lui a déclaré :

("Ils seront à vous sans qu'ils vous coûtent un sou

Mais il vous faudra danser avec moi" (X2)



Petit cordonnier t'es bête, bête

Qu'est-ce que t'as donc dans la tête, tête ?

Crois-tu que mon cœur s'achète, chète

Avec une paire de souliers ?



Mais la belle accepta, elle emporta sous son bras

Les petits souliers pour aller danser

L'cordonnier tout réjoui a mis ses plus beaux habits

Et s'est pomponné pour la retrouver

(Mais hélas quand il voulut la faire danser

Elle lui rit au nez d'un p'tit air futé. (X2)



Petit cordonnier t'es bête, bête

Qu'est-ce que t'as donc dans la tête, tête ?

Crois-tu que mon cœur s'achète, chète

Avec une paire de souliers ?



Mais à peine la belle avait-elle fait trois pas

Que ses p'tits souliers furent ensorcelés

Elle se mit à tourner comme une toupie déréglée

Et les musiciens n'y comprenaient rien

(Elle tourna, tourna jusqu'au petit matin

Et toute épuisée se mit à pleurer (X2)



Petit cordonnier arrête, rête

Tu m’as fais tourner la tête, tête

Tu ne dois pas être bête, bête

Pour m'avoir ensorcelée



Petit cordonnier arrête, rête

Que ta volonté soit faite, faite

Tout’ ma vie le cœur en fête, fête

Dans tes bras je veux danser

Gentil petit cordonnier

Papa Pique Et Maman Coud


Charles Trenet

Je suis né dans un village

Près du ciel plein d'oiseaux,

Je suis l'enfant le plus sage

De Padie-les-Eaux.


Mes parents sont culottiers

Et la nuit, et le jour,

Ils font leur triste métier

Le cœur plein d'amour



Papa pique et maman coud,

Papa pique et maman coud,

Maman coud maman coud.

Papa pique et maman coud.



La nuit j'entends leur machine

Qui gémit au grenier

Comm' le vent chez la voisine

Pleure dans l'escalier.

Parfois au milieu d'un rêve,

Je m'réveille en sursaut,

Je vois le jour qui se lève

Tandis que là-haut



Papa pique et maman coud,

Papa pique et maman coud,

Maman coud maman coud.

Papa pique et maman coud.



C'est l'printemps et c'est ma fête

J'ai quinze ans, quel bonheur,

Et les filles à bicyclette

Emportent mon cœur.

J'en connais une très jolie

Qui s'appelle Louison,

Je la vois sur la prairie

Car à la maison…



Y'a papa qui pique, et y'a maman qui coud.

Y'a papa qui pique, et y'a maman qui coud.

Y'a papa qui pique, et y'a maman qui coud.

Y'a papa qui pique, et y'a maman qui coud.



Par un clair matin de décembre

Tous les deux on se mariait

Et le soir dans notre chambre

Ma femme riait.

Nous allions bientôt connaître

Le bonheur cette nuit

Quand soudain à la fenêtre

On entend un bruit…



Papa pique et maman coud,

Papa pique et maman coud,

Maman coud maman coud.

Papa pique et maman coud.



Depuis, j'ai perdu ma mère,

Elle est morte doucement ;

Peu de temps après, mon père

A suivi maman.

Et Louison s'en est allée

Avec un vagabond.

Et dans la maison hantée,

Chaque nuit dit-on,



Papa pique et maman coud,

Papa pique et maman coud,

Maman coud maman coud.

Papa pique et maman coud.



Elle vendait des petits gâteaux


Vincent Scotto

Elle était pâtissière,

Dans la rue du Croissant,

Ses gentilles manières,

Attiraient les clients,

On aimait à l’extrême,

Ses yeux de puits d’amour,

Sa peau douce comme la crème,

Et sa bouche, un petit four,

Et du soir au matin,

Dans son petit magasin.


Elle vendait des p'tits gâteaux,

Qu’elle pliait bien comme il faut,

Dans un joli papier blanc,

Entouré d’un petit ruban,

Elle servait tous les clients,

En s' trémoussant gentiment,

Fallait voir comme elle vendait,

Ses p'tites brioches au lait.


Un jour dans la boutique,

Un vieux monsieur entra,

D’un petit coup d'oeil oblique,

Vite, il la remarqua,

Pour parler à la belle,

Il choisit des bonbons,

« Donnez-moi, Mademoiselle,

Un cornet de marrons »,

Et d’un petit air malin,

Il en prit deux dans sa main.


Elle vendait des petits gâteaux,

Qu’elle pliait bien comme il faut,

Dans un joli papier blanc,

Entouré d’un petit ruban,

« Voulez-vous mon p'tit coco »,

« Mes marrons et mon cœur chaud »,

« L'cœur chaud », dit-elle, « vous l’avez,

« Mais vos marrons sont glacés ».


Il s’assit à une table,

Pour manger un petit choux,

Elle se montra aimable,

Elle offrit un peut de tout,

Puis insista, coquette,

Pour qu’il prit du nougat,

Mais lui, hochant la tête,

Tristement répliqua,

« A mon âge,voyez-vous,

J’prends plus qu’du caramel mou ».


Elle vendait des petits gâteaux,

Qu’elle pliait bien comme il faut,

Dans un joli papier blanc,

Entouré d’un petit ruban,

Le vieux lui faisait les yeux blancs,

Il sauçait en tremblotant,

Dans un verre d’eau et d’orgeat,

Une toute petite langue de chat.


Y avait trois heures passées,

qu’il était assis la

Elle pensait, agacée

Il ne partira pas,

Ne sachant plus que faire

Pour l' dévisser du sol,

Elle lui dit, en colère,

« Mangez ces croquignoles »,

Il répond, d’un ton sec,

« Je n’aime pas les gâteaux secs ».


Elle vendait des petits gâteaux,

Qu’elle pliait bien comme il fait,

Dans un joli papier blanc,

Entouré d’un petit ruban,

Elle lui dit, d’un petit air doux,

« Hé bien, cher monsieur, si vous

n’aimez pas les gâteaux secs,

Mangez donc d' la ...avec "

Le Temps Des Cerises


Jean-Baptiste Clément

Quand nous chanterons le temps des cerises

Et gai rossignol et merle moqueur

Seront tous en fête

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au cœur

Quand nous chanterons le temps des cerises

Sifflera bien mieux le merle moqueur


Mais il est bien court le temps des cerises

Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant

Des pendants d'oreilles

Cerises d'amour aux robes pareilles

Tombant sous la feuille en gouttes de sang

Mais il est bien court le temps des cerises

Pendants de corail qu'on cueille en rêvant


Quand vous en serez au temps des cerises

Si vous avez peur des chagrins d'amour

Évitez les belles

Moi qui ne crains pas les peines cruelles

Je ne vivrai pas sans souffrir un jour

Quand vous en serez au temps des cerises

Vous aurez aussi des peines d'amour


J'aimerai toujours le temps des cerises

C'est de ce temps-là que je garde au cœur

Une plaie ouverte

Et Dame Fortune, en m'étant offerte

Ne saura jamais calmer ma douleur

J'aimerai toujours le temps des cerises

Et le souvenir que je garde au cœur


Ma Liberté


Georges Moustaki

Ma liberté, longtemps je t'ai gardée, comme une perle rare,

Ma liberté, c'est toi qui m'as aidé à larguer les amarres.

Pour aller n'importe où, pour aller jusqu'au bout des chemins de fortune

Pour cueillir en rêvant une rose des vents sur un rayon de lune.



Ma liberté devant tes volontés mon âme était soumise

Ma liberté je t'avais tout donné ma dernière chemise

Et combien j'ai souffert pour pouvoir satisfaire tes moindres exigences

J'ai changé de pays, j’ai perdu mes amis pour gagner ta confiance.



Ma liberté, tu as su désarmer toutes mes habitudes,

Ma liberté, toi qui m'as fait aimer même la solitude.

Toi qui m'as fait sourire quand je voyais finir une belle aventure,

Toi qui m'as protégé quand j'allais me cacher pour soigner mes blessures.



Ma liberté, pourtant je t'ai quittée une nuit de décembre,

J'ai déserté les chemins écartés que nous suivions ensemble.

Lorsque sans me méfier les pieds et poings liés je me suis laissé faire,

Et je t'ai trahie pour une prison d'amour et sa belle geôlière.(bis)


La Romance De Paris


Charles Trenet

Ils s'aimaient depuis deux jours à peine

Y a parfois du bonheur dans la peine

Mais depuis qu'ils étaient amoureux

Leur destin n'était plus malheureux,

Ils vivaient avec un rêve étrange

Et ce rêve était bleu comme les anges

Leur amour était un vrai printemps,

Aussi pur que leurs tendres vingt ans.



C'est la romance de Paris

Au coin des rues, elle fleurit

Ça met au cœur des amoureux

Un peu de rêve et de ciel bleu

Ce doux refrain de nos faubourgs

Parle si gentiment d'amour

(Que tout le monde en est épris

C'est la romance de Paris (bis)



C'est ici que s'arrête mon histoire

Vous aurez de la peine à me croire?

Si j'vous dis qu'il s'aimèrent chaque jour

Qu'ils vieillirent avec leur tendre amour

Qu'ils fondèrent une famille admirable

Et qu'ils eurent des enfants adorables

Qu'ils moururent gentiment, inconnus,

En partant comme ils étaient venus.

Sous Le Ciel De Paris


Jean Dréjac

Sous le ciel de Paris

S'envole une chanson

Hum Hum

Elle est née d'aujourd'hui

Dans le cœur d'un garçon

Sous le ciel de Paris

Marchent des amoureux

Hum Hum

Leur bonheur se construit

Sur un air fait pour eux


Sous le pont de Bercy

Un philosophe assis

Deux musiciens quelques badauds

Puis des gens par milliers


Sous le ciel de Paris

Jusqu'au soir vont chanter

Hum Hum

La joie d'un peuple épris

De sa vieille cité


Près de Notre Dame

Parfois couve un drame

Oui mais à Paname

Tout peut s'arranger

Quelques rayons Du ciel d'été

L'accordéon D'un marinier

L'espoir fleurit

Au ciel de Paris


Sous le ciel de Paris

Coule un fleuve joyeux

Hum Hum

Il endort dans la nuit

Les clochards et les gueux

Sous le ciel de Paris

Les oiseaux du Bon Dieu

Hum Hum

Viennent du monde entier

Pour bavarder entre eux


Et le ciel de Paris

A son secret pour lui

Depuis vingt siècles, il est épris

De notre Ile Saint Louis


Quand elle lui sourit

Il met son habit bleu

Hum Hum

Quand il pleut sur Paris

C'est qu'il est malheureux


Quand il est trop jaloux

De ses millions d'amants

Hum Hum

Il fait gronder sur nous

Son tonnerre éclatant


Mais le ciel de Paris

N'est pas longtemps cruel

Hum Hum

Pour se fair' pardonner

Il offre un arc en ciel.


N'hésitez pas à nous contacter